Les origines d’After Effects de CoSA à Adobe

After Effects a été créé par la société CoSA (The Company of Science and Art) au début des années 90 avant d’être racheté par Adobe. C’est l’époque où l’on prend conscience de tout ce qui pourra être accompli grâce aux ordinateurs personnels avec des interfaces graphiques. Époque de l’Amiga 3000 et du CD-ROM, c’est aussi l’arrivée de Windows 3, qui cherche à rattraper le Macintosh au niveau de l’interface, sur lequel tourne déjà la première version de Photoshop.

Greg Deocampo s’associe avec David Foster, David Herbstman et David Simons, tous diplômés du département de sciences informatiques à l’Université Brown, pour former la société CoSA en 1990 à Providence (Rhode Island) . Première étape, le logo : ce n’est pas une tête de perroquet mais les lettres C, o, S et A entremêlées !

L’activité de la jeune société devait tourner autour de la création et de la mise en forme de contenus multimédias. Pour montrer ce qu’ils savent faire, ils préparent un CD-ROM de démo pour le MacWorld de Boston. Mais une fois le CD-ROM gravé, la lecture des animations s’avère très lente.

Ce problème, finalement dû au lecteur, les incitera à développer leur propre programme : PACo, the PICS Animation Compiler. Le programme, qui est multi-plateforme et permet l’affichage d’animation avec le son synchronisé, rencontre un certain succès et permet à CoSA de se développer. Bill O’Farrel est engagé comme directeur et conclut un accord avec la société Paracomp, leader de la 3D sur Mac. PACo se trouve intégré sous le nom de QuickPICS à ModelShop, un programme 3D de Paracomp. Quelques mois plus tard, Apple sort la première version de QuickTime et, devant ce rouleau compresseur, CoSA va devoir passer à autre chose.

CoSA circa 1991. De gauche à droite : David “DaveH” Herbstman, David “DaveS” Simons, David “DaveF” Foster, Greg Deocampo, Ben le chien, Sarah Lindsley et Josh Hendrix.
paleo-plabt

Birthplace of After Effects. Une Photo des anciens bureaux de CoSA prise en 2010 par Todd Kopriva

Les ventes de PACo et QuickPICS permettent de continuer sur d’autres projets. Le projet suivant qui prendra de l’ampleur tourne autour d’effets animés. Ayant souvent eu à faire des opérations répétitives sur Photoshop, fans des animations de MTV mais sans connexion particulière avec le milieu, ils contactent de nombreuses personnes dont Harry Marks, le pionnier de l’habillage graphique à la télévision. Ce projet de nouveau logiciel de traitement vidéo débute sous le nom de Lort, un plat servi à l’Apsara le restaurant vietnamien-cambodgien où ils vont déjeuner. Le projet est très ambitieux : le programme devra être capable d’avaler tous types de média audio vidéo et de les mixer de façon séquentielle. Des investisseurs potentiels sont recherchés sur la base de cette première version en 1991. Mais ni Aldus, ni Adobe ne sont intéressés à ce moment-là. Le projet doit évoluer et se concentrer sur quelques points forts. Le projet passe sous le nom de Egg. Egg pour « Egg Roll », les petits nems, le plat suivant le « Lort » sur la carte des menus de l’Apsara. Les noms de code des versions suivantes d’After Effects resteront basés sur le menu de ce restaurant.

La société CoSA évolue, David Cotter et Daniel Wilk font leur entrée. En août 1992, Egg est présenté en privé à quelques personnes à l’occasion du MacWorld de Boston. Le logiciel est multi-résolution jusqu’à des compositions de 4096 x 4096 pixels. Il est présenté comme un Quicktime editor et utilise différents formats, dont Tiff et Pict. Il est basé sur un système de compositing utilisant les couches alpha. Il peut utiliser les polices True Type anti-aliasées, appliquer des effets et éditer une animation par image-clé. Il ne peut y avoir qu’un masque et un seul effet par calque mais le système d’imbrication des compositions est déjà là. Le mois suivant, une présentation publique a lieu à Santa Clara en Californie. Une version de démo est alors remise à Trish et Chris Meyer. Ces derniers apporteront toute leur aide dans cette dernière phase de test, leur collaboration continue encore aujourd’hui. Il ne reste que quelques mois avant le MacWord de San Francisco de janvier 1993. Le nom définitivement retenu pour le logiciel est After Effects.

CoSA Lives !

After Effects 1 est un succès. CoSA est racheté par Aldus Corporation, Aldus étant à l’origine du format Tiff, de PageMaker et de Freehand. L’équipe de CoSA émigre à Seattle où est basé Aldus. En septembre 1994, Aldus est intégré à Adobe. En octobre 1995 sort Adobe After Effects 3.0 (Codename Nimchow) avec énormément de nouveautés et une première version pour l’étranger : la version japonaise. En mai 1997, After Effects 3.1 arrive sur les PC avec deux nouvelles langues : français et allemand. Les versions se succèdent. La version 7 fait partie de la gamme Production Studio, puis la version 8 intègre la Creative Suite CS3La CS6 passe en 64 bits et n’est plus compatible avec les OS 32 bits. Après la CS6 c’est le passage au Creative Cloud en 2013. Les versions CC imposent un changement de commercialisation : les logiciels ne sont plus installés par poste, sans limite de temps, mais s’activent par un compte utilisateur au travers d’un abonnement.

After Effects CC 2018 est la quinzième version. Le logiciel a fêté ses vingt-cinq ans. Chaque nouvelle version ajoute des couches supplémentaires d’outils et de fonctions qui vont créer de nouveaux boutons, menus et sous-menus. Je travaille avec After Effects depuis fin 1995, la première version Adobe. J’ai vu ce logiciel s’étoffer progressivement. Aujourd’hui, lors des formations, je me rends compte de la difficulté qu’il y a à aborder toute l’étendue du logiciel. J’essaie à chaque fois de progresser en tant que formateur, de trouver le meilleur angle d’approche en fonction des différents profils d’utilisateurs. Ce site est là pour conserver et partager ce travail.

La Demo de After Effects 1 (1993) depuis la page YouTube de Todd Kopriva.